les shôjo

Publié le par Call Lum

les shôjo
les shôjo
les shôjo
les shôjo
les shôjo
les shôjo
les shôjo
les shôjo
les shôjo
les shôjo
les shôjo
les shôjo
les shôjo

Qu'est-ce qu'un shôjo ?

C'est un manga qui s'adresse aux jeunes filles. Shôjo signifiant littéralement jeune fille.​ Le thème abordé pour les shôjo c'est la romance. Car ce qui intéresse les jeunes filles, ce sont les relations amoureuses, les beaux garçons, l'amour éternel et réciproque. En bref, le prince charmant qui n'a d'yeux que pour elles.

Princesse Saphir
Princesse Saphir
Les origines

Les premiers magazines shōjo sont apparus en 1903. Avant cette époque, il n'y avait pas de distinction selon les cible éditoriales (sexe et tranche d'âge). Machiko Hasegawa est la première femme mangaka, domaine à l'époque réservé aux hommes. Son manga, Sazae-san, publié dans le magazine Asahi Shinbun entre 1949 et 1974, connait un grand succès. Il raconte la vie quotidienne d'une famille japonaise de façon humoristique. Les grands succès de l'époque sont écrits par des mangaka masculin, souvent auteur de shōnen : Tetsuya Chiba, auteur de Ashita no Joe ; Leiji Matsumoto, auteur d'Albator...Mais c'est Osamu Tezuka qui a instauré les principales caractéristique du shōjo telles qu'elles le sont aujourd'hui. Son premier manga shōjo, Princesse Saphir, écrit en 1953, se déroule dans un monde féerique avec son personnage doté de deux cœurs. À la fin des années 1950, des femmes deviennent mangaka mais les thèmes abordés dans le shōjo restent très clichés, des récits d'apprentissage de la vie et une histoire avec des fleurs. Une des premières innovations du genre revient à Shōtarō Ishinomori, qui a conçu les bases du manga magical girl (mahō manga) en 1964.

Lady Oscar
Lady Oscar

Dans les années 1960, le demande des éditeurs s'accroît, et pousse le genre à une publication hebdomadaire plutôt que mensuelle. De plus en plus de femmes deviennent alors mangaka dans la fin de cette décennie : Riyoko Ikeda écrit La Rose de Versailles (aussi connu sous le nom Lady Oscar), en se basant sur le genre du roman historique, Moto Hagio et Keiko Takemiya vont, quant à elles, créer un nouveau genre particulier, le shōnen-ai ou yaoi, relatant des histoires entre jeunes adolescents masculins homosexuels. Les thèmes abordés s'étendent alors, avec des récits d'amour osés pour l'époque entre homme noir et femme blanche, des récits musicaux abordant la drogue et le sexe avec des personnages principaux masculins, de la science-fiction, du sport ou encore de l'horreur. Ainsi, entre les années 1970 et 2000, les auteurs essaient de briser les clichés autour du shōjo et tentent de réduire la barrière avec le shōnen, avec des éléments de narration plus matures. Comme le public lisant du shōjo a grandi, certains auteurs se sont mis a écrire des histoires pour ce public, donnant alors naissance au genre josei.

Kimi no todoke
Kimi no todoke
Quels sont les signes distinctifs et caractéristiques du shôjo ?

L’héroïne : Le principal type d'héroïne est celle qui est belle mais qui ne le sait pas. Elle est soit pauvre soit de famille modeste. Il arrive qu'elle soit riche mais ce cas est rare. Elle est souvent naïve et en connait peu sur les garçons,ainsi elle se fait mener par le bout du nez . Certaines ne connaissent pas l'amour,se posent des questions telles que "Pourquoi mon cœur palpite quand je suis avec lui ?"

Le "prince charmant" : Tous les types existent. Abordons donc le plus classique. C'est le garçon le plus beau, donc l'auteur s'appliquera énormément de sorte qu'on ne voit que lui. Il est soit de famille modeste, soit relativement riche à très riche. Il s'y connait en amour, et surtout il va taquiner notre héroïne, la mettre dans l'embarras, etc... Comme par exemple dans "Black Bird"

Le ou les concurrents/concurrentes : Les concurrents masculins sont des garçons aussi beaux que notre "Prince charmant" et qui vont avoir un intérêt particulier pour notre héroïne. Cet intérêt se résume à deux cas de figure : soit à vouloir se venger du "Prince" ou à chaparder la douce pour son amour. Pour les concurrentes féminines, il y a deux possibilité. Elles sont "moches", c'est-à-dire rendues laides par leurs actions et d'apparence quelconque. Soit cette concurrente est très jolie et vient faire de l'ombre à notre héroïne, avec des actions plus ou moins méchantes de sa part. Elles jouent de leurs charmes et parfois harcèlent voire maltraitent l’héroïne.

Quelques cas sont-ils à part ? Du genre anti-héroïne ?

Plusieurs cas existent. Il suffit juste de déroger à l'image type de l’héroïne et le reste suit. Je n'en citerai que trois :

Switch Girl
Switch Girl

Switch Girl : Ce shôjo est particulier, notre héroïne ne reste pas toujours aussi belle et c'est d'ailleurs ce qui fait le charme de ce manga. On s'identifie aux personnages du manga, puisqu'en effet, on est pas toujours au top tout au long de la journée.

Nana
Nana

Nana : Dans celui-ci, nous avons l’héroïne type,nana komatsu, un vrai cœur d'artichaut qui mène sa vie un peu naïvement mais qui va devoir revenir rapidement à la réalité. Et nous avons son contraire, nana osaki, mature, musicienne et rebelle qui prend la vie au sérieux et qui n'idéalise pas l'amour ou la vie ( voir article nana )

Life
Life

Life : j'en reparlerai surement, cet un shojo avec une histoire d'amour certe, cependant on y aborde des terme très sérieux comme l' harcèlement, le viol, le suicide ...etc amenés de façons brutes et crues et cet un manga difficile à lire, on ressent vraiment tout le désespoir et la colère des personnages on quitte vraiment les paillettes des shojo

mew me power
mew me power
Les différents type de shojo

Le shōjo romantique

Les histoires romantiques est un thème très fréquemment abordées dans le shōjo. Elles se situent généralement dans un cadre scolaire.

Le shōjo magical girl

Le thème principal de ce sous‑genre est, aussi bizarre que cela puisse paraître, le passage vers l'âge adulte. Le canevas principal est défini ainsi :La Terre est menacée par les êtres du Mal (des extraterrestres, des monstres, des démons, etc.) qui symbolisent les problèmes ou les soucis auxquels est confronté n'importe quel humain. Une fillette est exposée à ces soucis (qui sont des soucis d'enfants ou de jeunes adolescentes). Elle se voit confier un sceptre (ou tout autre objet de pouvoir) Elle peut utiliser ses pouvoirs qui nécessitent une transformation en une version adulte et plus féminine d'elle‑même.Ce passage à l'âge adulte nourrit l'illusion des plus jeunes quant à la toute-puissance des adultes pour lutter contre les soucis.

Le shōjo Boy's Love, yaoi ou shōnen-ai

Le yaoi (やおい?) est un genre de mangas dans lequel l'intrigue est centrée autour d'une relation homosexuelle entre personnages masculins, et comportant éventuellement des scènes sexuelles. Il s'agit généralement de relations idéalisées avec des personnages masculins.Le yaoi à distinguer du shonen-ai dans lequel la romance est platonique;du bara, plus réaliste, qui est à destination d'un public homosexuel masculin ;du shota, où les protagonistes sont des enfants préadolescents (mangas moins exportés du fait des problèmes de légalité dans de nombreux pays).

Le shōjo sportif

Avec des joueuses féminines dans des sports comme le tennis dans Jeu, set et match !, le volley-ball dans Jeanne et Serge et Les Attaquantes, chihayafuru avec le karuta ou dans Ginban Kaleidoscope avec le patinage artistique.

Les mélanges

Le manga Vision d'Escaflowne a la particularité d'avoir le style shōjo pour ses personnages, mais d'être un shōnen impliquant des mecha. De même, X de Clamp, publié dans un magazine pour filles, est à bien des égards à même de plaire au public masculin de par les combats souvent sanglants qui sont mis en scène.

Publié dans manga

Commenter cet article